logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/04/2013

09 - LE FESTIVAL DE CANNES 1947

CinemaClipart.jpg

 

 

 

Evidemment, ce festival 1947 me tiens particulièrement à coeur et pour cause, mon Père, Charles DAUTRICOURT en est le Secrétaire générale adjoint auprès de M. Robert FAVRE-LEBRET, Délégué général du festival. En sommes, c'est presque un souvenir de famille ...

 

Nous voici donc en Septembre 1947 (du 12 au 25). Le Palm Beach étant devenu trop petit, M. le Docteur Picaud,  Maire de Cannes, a mis en chantier le nouveau Palais du Festival, appelé Palais de la Croisette.

La veille de l'inauguration, nous sommes encore dans les plâtras, et il faudra qu'une armée d'ouvriers travaille toute la nuit pour qu'au soir de la première, ce soit une salle superbe et confortable qui s'offre aux invités stupéfaits.

L'endroit est spacieux, les fauteuils d'un grand confort, les murs sont ornés d'une draperie grise du plus bel effet.

Tout n'est pas terminé pour autant, le palais est couvert par un toit provisoire, qui s'envolera lors d'un violent orage. Le Casino Municipal servira de relais pour le bal de clôture.

 

1947, ne fût pas le "Grand" festival. Cette année là, un trop grand nombre de manifestations cinématographiques ont lieu (Venise,  Bruxelles, Locarno) et, surtout, il s'ouvre beaucoup trop tard. Un mois plus tôt il y avait à Cannes de grandes vedettes comme Orson WELLES, Chico MARX, Wallace BERRY, Greta GARBO , Ray MILLAND etc...

Néanmoins tous ne sont pas partis, Maurice CHEVALIER, cicérone officiel du festival, Jean MURAT, René SAINT-CYR, Martine CAROL, DALIO, Michèle MORGAN, Henri VIDAL, Charles VANEL et bien d'autres sont présent.

 

La haute couture y est représentée par la présence de Germaine LECOMTE, la créatrice à la mode à cette époque, qui se fera un plaisir d'habiller ma Mère lors de cette manifestation.

De grands noms sont également présent comme le Duc de WINSOR,Vincent SCOTTO, Melle WORMS de la banque WORMS etc...

 

Le jury distribue cette année la, les prix par catégories.

 

Films psychologiques et d'amour : Antoine et Antoinette, de Jacque BECKER.

 

Films d'Aventures et Policiers : Les Maudits, de René CLEMENT.

 

Films Sociaux : Cros Fire, d'Edward DMYTRYK (E.U).

 

Comédies musicales : Ziegfield Folies, de Vincette MINELLI  (E.U).

 

Dessins animés : Dumbo, de Walt DISNEY (E.U).

Et, une mention particulière pour : Mon propre bourreau, d'Anthony KIMMINS(G.B), et Eternel Mirage, d'Ingmar BERGMAN (Suède).

 

C'est aussi la première fois que le cinéma pour la jeunesse et représenté. Mon Père Charles DAUTRICOURT a, avec quelques grandes personnalités dont nous reparlerons dans un prochain article, crée le COMITE FRANCAIS DU CINEMA POUR LA JEUNESSE le 3 Septembre 1947.

Le festival de Cannes présentera donc cette année là, en grande première, au Casino Municipal :

                                      Les Enfants du Capitaine Grant.

 

Et l'on prend rendez-vous pour l'année suivante mais, en 1948 l'argent manque dans les caisses et le festival n'a pas lieu.

Cannes 1947.jpg

Le Palais de la Croisette.jpg

Parade de vedettes Cannes 1947.jpg

Parade de vedettes sur la croisette (1947)

 

Martine Carole.jpg

Au premier rang, Melle WORMS (Banque WORMS)

 Au deuxième rang et de gauche à droite, J.P MAUCLAIR, Martine CAROL, Jean MURAT

               Au fond à gauche en spencer blanc, le doigt tendu, Charles DAUTRICOURT.

 

Germaine Lecomte.jpg

A Gauche: La couturière Germaine LECOMTE


 

Antoine et Antoinette.jpg

 

2013-04-22_181556.jpg

2013-04-22_184019.jpg

 

2013-04-22_183822.jpg

2013-04-22_183350.jpg

2013-04-22_182505.jpg

 

******

****

**

*

 

 

 

 

18:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2013

08 - LE FESTIVAL DE CANNES 1946

 

 cutcaster-photo-100063755-Grunge-at-cinema.jpg

Nous sommes le 20 Septembre 1946, il est 21 heures est c'est à cet instant que s'ouvre, à Cannes, le premier"second" Festival international du film sous la présidence de Georges HUISMAN.

 

Petite anecdote, le Ministre Robert LACOSTE déclare ouvert le "Salon de l'agriculture". Un joli lapsus quand on sait que les lauriers seront nombreux ....

 

De magnifiques festivités accompagnent l'ouverture du festival : défilé de chars, corso fleuri,  feux d'artifice.

 

La Marseillaise est chantée par Grace MOORE au Grand Hôtel, drapée dans une magnifique robe décorée de notes de musique.

 

Plus de deux cents participants et onze pays présentent leurs films parmi lesquels quelques beaux chefs-d'oeuvre :

 

Rome Ville ouverte, de Roberto ROSSELLINI, Les Enchaînés, d'Alfred HITCHCOCK, dont on inverse deux bobines !!!

Ce n'est pas cela, qui fera oublier le plus long baiser de l'histoire du cinéma entre Cary GRANT et Ingrid BERGMAN.

 

Seront également présentés, Hantise, de Georges CUKOR, Brève Rencontre, de David LEAN, The lost Week-end (Le poison), de Billy WILDER, Gilda de  Charles VIDOR, Partie de Campagne de Jean RENOIR, et bien d'autres encore.

 

Tout participant recevra un prix.

 

Le Prix du jury international sera attribué à :

La Bataille du Rail de René CLEMENT, ce dernier obtiendra également le Grand Prix international de la mise en scène.

 

Le prix de la meilleure interprétation féminine est attribué à Michèle MORGAN, de Jean DELANNOY, pour son rôle d'aveugle dans la Symphonie Pastorale avec Pierre BLANCHAR.

Une composition remarquable pour les plus beaux yeux du cinéma français ...

 

Meilleure interprétation masculine pour Ray MILLAND, dans The lost Week-end (Le poison).

 

Le prix du Comité international des arts et des lettres pour le cinéma est attribué à Jacques Yves COUSTEAU, pour son films Epaves.

 

Une petite ombre à ce tableau, la mort d'un grand acteur : RAIMU

Les photographes s'en donnent à coeur joie et "mitraille" sur la plage, des starlettes dans des tenues pour le moins légères.

 

Dans cette première grande manifestation d'après-guerre, le tourisme et le cinéma sont en accord parfait et déjà, nous attendons la suite l'année prochaine ...

 

Cannes 1946.jpg

La Bataille du Rail.jpg

La Symphonie Pastorale.jpg

1946 - LA SYMPHONIE PASTORALE.jpg

Michèle MORGAN et Pierre BLANCHAR

 

Ingrid Bergman et Cary Grant dans Les Enchainés d'Alfred Hitchcock en 1946.jpg

Ingrid BERGMAN et Cary GRANT

(Les Enchaînés d'Alfred HITCHCOCK)

 

****

**

*

18:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

19/04/2013

07 - LE CINÉMA FRANÇAIS EN DANGER

k10226320.jpg

 

La publication de l'arrangement cinématographique franco-américain signé le 28 mai 1946 plus connus sous le nom d'accords "BLUM-BYRNES", imposent un contingentement aux films américains importés en France.

A ce sujet M. J.P Forgerais, président du Syndicat des producteurs de films, a déclaré que ces accords constituaient pour le cinéma français, un très grave danger risquant même de devenir mortel.

 

En contrepartie d'une remise de dette et de l'ouverture d'un nouveau crédit pour la France, ces accords ouvrent largement l'accès du cinéma Américain à nos salles de cinéma.

 

La France est un important pays producteur de films et son industrie tant sur le plan artistique que culturel, occupe une place de choix. Pour mémoire, avant 1939, la France réalisait un total d'environ 120 films de long métrage par année.

 

Comme tous les pays producteurs, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne, le cinéma Français avait dû prendre des mesures de protection contre la concurrence étrangère et tout particulièrement, contre celle d'Hollywood qui sortant annuellement près de 500 films de ses studios risquait, si l'on n'en limitait pas l'importation, de prendre sur notre propre marché, une grande partie de la production nationale.

 

Il faut savoir, en effet, que les films réalisés outre-Atlantique arrivant en Europe étaient aux trois quart amortis par leur projection dans les près de 13.000 salles des Etats-Unis et du Canada, tandis que la productions Française essayait de récupérer ses frais pour les trois quarts par les recettes des 4.000 salles de notre territoire métropolitain.

 

Ces accords seront appliqués à partir du 17 août 1946.

 

Pétitions, comités de défense du cinéma français agitent la profession et les politiques, une image négative du cinéma américain et ainsi crée.

 

Cette agitation va aider et mobiliser la profession qui conduira à une révision des accords "Blum-Byrnes" et à la signature des accords de Paris le 16 Septembre 1948.

 

Une grande manifestation aura lieu le 5 janvier 1948 à Paris de la Madeleine à République.

 

 

15:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

06 - LA GRANDE QUINZAINE DU CINÉMA FRANCAIS



clip-art-de-bande-de-film_419127.jpg


Le 4 Décembre, au cinéma NORMANDIE, s'est ouverte la projection d'une grande série de films français présentée par la Direction Générale de la Cinématographie, le Comité de la Libération du Cinéma Français, l'Institut des Hautes Etudes Cinématographiques. 

Cette importante manifestation, avait pour but de faire connaître aux représentants de nos pays alliés, réunis à PARIS, les meilleures films réalisés pendant l'occupation Allemande.

Il est possible de se rendre compte de la difficulté qu'on rencontré les réalisateurs de cette époque, en dehors des problèmes de matériels, leurs plus grands ennemis étant la censure de VICHY, et Allemande, sans oublier la propagande.

La liste des films présentés ci-dessous, donne une idée de l'impressionnante créativité de nos Auteurs et Réalisateurs de l'époque.

 

- NOUS LES GOSSES de Louis DAQUIN (1943)

- LA NUIT FANTASTIQUE de Marcel L'HERBIER (1941)

- LES VISITEURS DU SOIR de Marcel CARNE (1942)

- PONTCARRAL MARECHAL d'EMPIRE de Jean DELANNOY (1943)

- LUMIERE d'ETE de Jean GREMILLON (1943)

- GOUPI MAINS-ROUGES de Jaques BECKER (1942)

- LES ANGES DU PECHE de Robert BRESSON (1944)

- L'INEVITABLE M. DUBOIS de Pierre BILLON (1942)

- DOUCE de Claude AUTANT-LARA (1943)

- LE CIEL EST A VOUS de Jean GREMILLON (1943)

- CARMEN de CHRISTIAN-JAQUE (1943)

- HISTOIRE COMIQUE de Marc ALLEGRET (1942)

- LES ENFANTS DU PARADIS de Marcel CARNE (1944)

et enfin, L'ETERNEL RETOUR de Jean DELANNOY (1943).

 

Une bien belle brochette de films qui resterons pour la plupart le fleuron du Cinéma Français.

 

Je cite ici la rubrique de Noëlle ALEXANDRE dans son édito de l'époque

" Cette quinzaine cinématographique a remporté le succès qu'elle mérite. La salle du Normandie fût comble presque chaque soir et nous devons féliciter ses animateurs entre autre le sympathique Charles DAUTRICOURT qui se fit bien des cheveux blancs chaque soir à 5 heures. Une semblable initiative posait des problèmes pratiques difficiles à résoudre avec les actuels moyens disponibles." fin de citation.



2013-04-19_152104.jpg

 

 

Dans la photo ci-dessus, on pourra reconnaître au premier rang et de droite à gauche : Jean GREMILLON, Marlène DIETRICH, Jean GABIN (en militaire) Fernand GRAVEY.

Au deuxième rang : Charles DAUTRICOURT, Madeleine BLOMET, BERTHOMIEU (avec la cigarette).

 

 

15:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

18/04/2013

05 - LA RESISTANCE



cinema-15.gif

 

Si le cinéma fait de la résistance face à l'ennemi, mon Père lui aussi participe activement à la libération de la France.

 

 

Engagé Volontaire en date du 18 Mai 1938 pour 3 ans.

 

Affecté au Bataillon de l'Air 107 à Villacoublay, successivement, 2Eme Classe - Caporal - Sergent, il participe aux campagnes contre l'Allemagne du 2 Septembre 1939 au 24 Juin 1940.

Il est démobilisé le 17 Mai 1941.

 

 

Mais cela ne lui suffit pas, il entre dans la Résistance de 1943 à 1944 dans les FORCES FRANCAISES COMBATTANTES DE L'INTERIEUR.

 

 

Le 1er Octobre 1943 il intègre le réseau "F2"

Il est arrêté par la Gestapo le 10 Juillet 1944 à son adresse 27 Rue des Petites Ecuries - Paris 10eme.

Ma mère est absente à ce moment là et ne sera prévenue de l'arrestation de mon Père que le soir.

 

 

Après interrogatoires et tortures, Rue des Saussaies, n'étant pas très bavard .... Il y perdra à peu près toutes ses dents!

Il est incarcéré à Fresnes et interné ensuite au camp de Royal Lieu à Compiègne (FRONTSTALAG 122).

 

 

Pour la petite histoire, ces Messieurs de la Gestapo sachant très bien le sort qu'ils lui réservent, renvoient à ma Mère ses vêtements avec une lettre comme quoi il a été fusillé !!!

 

 

Il est déporté le 25 Août 1944 vers le camp de DACHAU. Il s’évade ce même jour en sautant du train et se réfugie chez des agriculteurs dans le village de MELICOQ d'ou il sera libéré le 2 Septembre 1944 par les troupes Alliées.

 

 

Il rentre à Paris et après renseignements pris auprès de son ancienne concierge, apprend que ma Mère est retournée vivre chez ses parents à Neuilly (forcément, elle est veuve !!!).

 

 

Il traverse Paris la nuit après le couvre-feu, et se rend donc chez mes Grands-parents d'ou il est gentiment mais fermement éconduit par mon Grand-père qui ne le reconnaît pas (il à perdu plus de 20 kilos) et en plus, normalement il est mort ....

 

Enfin le lendemain ses affaires s'arrangent avec ma Mère heureuse de le retrouver.

 

 

Il reste à la D.G.S.S. Réseau "F2" jusqu'au 30 Janvier 1945.

 

 

Que fait-il pendant ce temps-là ! : Moi, je suis né le 12 Juillet 1945 .....

 

 

P.S : Un grand merci à tout ceux qui comme lui, hommes, femmes et même enfants ont permis grâce à leur courage et souvent au risque de leur vie, de sauver et libérer notre pays.

                                      

Forces Françaises Combattantes.jpg


 

Service de Rensignements.jpg


20:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique