logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/05/2013

16 - GRAND PRIX du CINEMA pour la JEUNESSE – 1964/1965. Suite :

images.jpg 



Après le succès de la « Journée du Cinéma pour la jeunesse », organisée par le C.F.C.J en 1964, qui avait réuni 12.000 enfants le jour de la remise du grand prix du cinéma pour la jeunesse à Frédéric Rossif et de l’inauguration de la première exposition « L’enfant au royaume des images »,  le C.F.C.J. avait décidé de donner, en 1965, à la fois plus d’éclat et plus d’extension aux manifestations « Cinéma et Jeunesse ».

 

Le 6 Mai après-midi, à l’Institut pédagogique national, M. le Secrétaire d’Etat à la jeunesse et aux Sports, M. Maurice Herzog, remettait le grand prix du cinéma pour la jeunesse (Prix Marie Lahy-Hollebecque) au commandant  Jacques Yves Cousteau pour son film « LE MONDE SANS SOLEIL » car nulle œuvre ne méritait mieux  cette distinction.

 

En effet, ce film allie la poésie à la science, l’aventure à l’art, l’exaltation des plus nobles valeurs humaines au spectacle le plus éblouissant. Il est donc bien le symbole de tout ce que nous voulions voir acquérir par la jeunesse au contact de l’image.

 

Cousteau Herzog.jpg

 De gauche à Droite : Le Commandant J.Y Cousteau, Charles Dautricourt, Maurice Hilero et Maurice Herzog


Cousteau.jpg

Jacques Yves Cousteau et Charles Dautricourt



LE MONDE SANS SOLEIL.

 

Réalisation :     J.Y COUSTEAU / Simone COUSTEAU / Albert FALCO

 

Année :      1964

 

Genre : Documentaire

 

Durée : 94 mn

 

Origine :    Franco-italienne

 

Producteur :    Filmad / Requins Associés.

 

Musique :   Serge BAUDO / Henri CROLLA / André HODEIR.

 

Photo : Pierre GOUPIL (Eastmancolor)

 

Distributeur :  Colombia

 

Monde sans soleil 1.jpg

 

Monde sans soleil 2.jpg

Monde sans soleil 3.jpg

 

images (1).jpg 

SCENARIO :         « Le monde sans soleil » c’est le monde sous-marin où l’expédition du commandant Cousteau a vécu et travaillé dans d’extraordinaires conditions.

Une maison de cinq pièces et un laboratoire arrimés sur un plateau, par onze mètres de fond, la petite maison de deux pièces par soixante mètres de fond, ce sont là les demeures des océanautes.

Pour se déplacer, ils revêtent des combinaisons étanches, chevauchent de petits moteurs à hélice pour explorer les fonds jusqu’à trois cents mètres ; ils disposent d’un petit sous-marin, la soucoupe.

 

Le village sous-marin est relié à la surface par des câbles nourriciers, des circuits de télévision, un va et vient continu d’hommes grenouilles.

 

COMMENTAIRES : Ce spectacle féerique est le sobre récit d’une aventure humaine, peut-être aussi l’anticipation d’un devenir humain. La beauté, l’utile effort de l’homme, la puissance de la technique est ici réunie. « Le monde sans soleil » est plus qu’un spectacle, c’est une très belle œuvre qui donne au spectateur un sentiment de plénitude où se mêle l’intérêt passionné, les joies esthétiques et la fierté d’être un homme.

 

 

****

**

*

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique